Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Intérêt de l'ostéodensitométrie chez les sujets chuteurs

Hubert Blain 1, * Yves Rolland 2 Olivier Beauchet 3 Cedric Annweiler 4 Claude-Laurent Benhamou 5 Athanase Benetos 6 Gilles Berrut 7 Maurice Audran 8 Sauveur Bendavid 9 Valérie Bousson 10 Karine Briot 11 Michel Brazier 12 Véronique Breuil 13 Laure Chapuis 14 Roland Chapurlat 15 Martine Cohen-Solal 16 Bernard Cortet 17 Patricia Dargent 18 Patrice Fardellone 19 Jean-Marc Feron 20 Jean-Bernard Gauvain 21 Pascal Guggenbuhl 22 Olivier Hanon 23 Michel Laroche 24 Sami Kolta 25 Eric Lespessailles 5 Brigitte Letombe 26 Eric Mallet 27 Christian Marcelli 28 Philippe Orcel 29 François Puisieux 30 Patrick Seret 31 Jean-Claude Souberbielle 32 Bruno Sutter 33 Florence Trémollières 34 Georges Weryha 35 Christian Roux 36 Thierry Thomas 35
* Corresponding author
Résumé : La présente revue de la littérature a pour objectif d'argumenter les nouvelles recommandations françaises publiées en 2012 retenant le risque de chute, évalué par l'antécédent de chute dans la dernière année, comme indication de la mesure de la densité minérale osseuse (DMO) par l'absorptiométrie biphotonique par rayons X (DXA). Cette recommandation repose sur le fait que premièrement, l'ostéoporose et le risque de chute représentent les deux premiers facteurs de risque de fracture non vertébrale après la ménopause. Deuxièmement, la mesure de la DMO par DXA apporte une information significative sur le risque de fracture, indépendamment du risque de chute. Ainsi, un sujet chuteur aura d'autant plus de risque de se fracturer qu'il aura une DMO basse. Troisièmement, les traitements anti-ostéoporotiques n'ont montré une efficacité anti-fracturaire qu'en cas d'ostéoporose ostéodensitométrique. Quatrièmement, la prévalence de l'ostéoporose est élevée chez les sujets chuteurs d'autant que ceux-ci sont fragiles [chutes répétées, sarcopénie (faible masse et force musculaire), réduction de mobilité, perte de poids, en particulier], ces facteurs étant des facteurs de risque communs d'ostéoporose et de chute. Cependant, l'indication de la DXA doit être nuancée chez les sujets chuteurs dont l'espérance de vie est limitée, les traitements n'ayant montré une efficacité anti-fracturaire qu'après 12 mois d'administration et en cas de faible accessibilité à la DXA (éloignement, patients dépendants, ayant une altération cognitive sévère par exemple). Des travaux sont souhaitables pour mieux définir comment intégrer le risque de chute et la fragilité dans l'évaluation du risque de fracture par la DMO et le score FRAX®
Complete list of metadatas

Cited literature [54 references]  Display  Hide  Download

https://hal-univ-rennes1.archives-ouvertes.fr/hal-01058268
Contributor : Muriel Cadieu <>
Submitted on : Tuesday, August 26, 2014 - 2:23:05 PM
Last modification on : Wednesday, October 14, 2020 - 3:11:43 AM
Long-term archiving on: : Thursday, November 27, 2014 - 4:10:21 PM

File

Interet_de_la_osteodensitometr...
Files produced by the author(s)

Identifiers

Citation

Hubert Blain, Yves Rolland, Olivier Beauchet, Cedric Annweiler, Claude-Laurent Benhamou, et al.. Intérêt de l'ostéodensitométrie chez les sujets chuteurs. Revue du Rhumatisme, Elsevier, 2014, 81 (4), pp.297-302. ⟨10.1016/j.rhum.2014.01.004⟩. ⟨hal-01058268⟩

Share

Metrics

Record views

1239

Files downloads

1267