Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

État des lieux des patients dialysés en urgence en 2012 : quelle évolution depuis 2006 ?

Résumé : Introduction En 2006 le registre REIN montrait une proportion importante de patients démarrant la dialyse en urgence, associée à un plus mauvais pronostic. Des efforts ont depuis été faits pour référer les patients plus précocement, afin de diminuer l’incidence et améliorer le pronostic de la dialyse en urgence. Objectif Comparer les caractéristiques des patients débutant la dialyse en urgence en France métropolitaine entre 2006 et 2012. Patients et méthodes L’ensemble des patients majeurs ayant débuté l’épuration extrarénale dans les 22 régions de France métropolitaine en 2012 a été inclus à partir des données du registre REIN. Leurs caractéristiques et la survie à 1 an ont été analysées selon qu’ils débutaient en urgence ou de façon programmée, puis comparées à la même population en 2006. Résultats En 2012, la dialyse a été débutée en urgence chez 30,3 % des 8839 patients inclus. Ces patients sont significativement plus comorbides par rapport aux programmés (39 % vs 28,7 % ont ≥ 2 pathologies cardiovasculaires, p < 0,001). Ils correspondent à des patients hémodialysés en centre (95,3 % vs 77,7 %, p < 0,001), principalement sur cathéter (66,8 % vs 30,5 %, p < 0,001), et ont une moins bonne survie à 1 an (91,4 % vs 95,2 %, p < 0,001). Par rapport à 2006, la proportion de patients débutant en urgence reste stable (29,2 % vs 28,4 % sur les 16 mêmes régions, p = 0,28). Il y a plus d’insuffisants respiratoires (18 % vs 14,6 %, p = 0,005), et de patients dénutris (25 % vs 19,6 %, p < 0,001) en 2012. La part de fistule s’est encore réduite (21,6 % vs 32 %, p < 0,001), mais ils conservent une meilleure fonction rénale résiduelle (34,4 % vs 29,2 % ont un DFG > 10 mL/min, p = 0,003), et l’usage de l’HDF progresse (11,7 % vs 6,2 %, p < 0,001). En 6 ans, on constate une amélioration significative de la survie à 1 an de ces patients : 91,5 % vs 80,3 %, p < 0,001. Discussion Malgré les efforts réalisés, la proportion de patients démarrant en urgence n’a pas baissé entre 2006 et 2012, avec un profil toujours plus comorbide. Conclusion Le démarrage de la dialyse en urgence reste associé à une surmortalité, mais la survie à 1 an s’est nettement améliorée en 6 ans, ce qui semble refléter une meilleure prise en charge, notamment en amont
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-rennes1.archives-ouvertes.fr/hal-01302094
Contributor : Laurent Jonchère <>
Submitted on : Wednesday, April 13, 2016 - 3:18:24 PM
Last modification on : Tuesday, August 25, 2020 - 4:16:02 PM

Identifiers

Citation

A. Michel, Adélaide Pladys, S. Bayat, C. Couchoud, C Vigneau. État des lieux des patients dialysés en urgence en 2012 : quelle évolution depuis 2006 ?. Néphrologie et Thérapeutique, Elsevier Masson, 2015, 17e Réunion commune de la Société de néphrologie (SN) et de la Société francophone de dialyse (SFD) Lyon – 29 septembre au 2 octobre 2015, 11 (5), pp.259. ⟨10.1016/j.nephro.2015.07.006⟩. ⟨hal-01302094⟩

Share

Metrics

Record views

184