Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Vers une approche phylogénétique de l’influence de la modalité sensorielle sur la latéralité manuelle : étude comparative entre un singe de l’ancien monde (Cercopithecus neglectus) et un scandentien (Tupata belangeri)

Abstract : La latéralité manuelle semble être un trait multidimensionnel, aussi bien chez l’homme que chez les primates non humain : les préférences manuelles exprimées lors de l’exécution d’une tâche peuvent être influencées par ses exigences motrices, cognitives mais aussi perceptives. Bien que le contrôle de la main repose sur les informations perçues dans l’environnement, rares sont les études qui ont recherché une éventuelle interaction entre préférences manuelles et latéralisations sensorielles. Étant donné le rôle prépondérant joué par la main dans la perception tactile chez les primates, la modalité tactile semble la plus adaptée pour traiter de cette question. Chez l’homme, on sait que l’hémisphère droit est spécialisé dans le traitement des informations tactiles, cette asymétrie étant reflétée par un avantage de la main gauche dans les tâches d’exploration tactile (tâches haptiques). Mais chez les primates non humains, les études réalisées à ce jour ont apporté des résultats contradictoires et difficilement comparables en raison d’une hétérogénéité des méthodes employées. Nous avons choisi de tester l’influence de la modalité tactile sur la latéralité manuelle chez deux espèces d’Euarchontes distantes phylogénétiquement mais présentant un mode de vie similaire (monogame semi-terrestre) : le singe de brazza (9 individus) et le tupaye de belanger (37 individus). Dans un premier temps, ces deux espèces ont été observées lors d’une tâche de préhension manuelle, en présence de guidage visuel (modalité visuelle) ou sans guidage visuel (modalité tactile). Les deux espèces ont présenté une latéralité au niveau individuel dans chacune des deux modalités. De plus, chez le singe de Brazza un biais populationnel vers la gauche a été révélé aussi bien en présence de la modalité visuelle que de la modalité tactile. Nous n’avons pas mis en évidence d’effet de la modalité sensorielle sur la latéralité manuelle chez le singe de Brazza et le tupaye de Bélanger. Dans un second temps, nous avons testé l’influence d’une augmentation des exigences tactiles sur la latéralité manuelle des singes de Brazza. Le même groupe a été soumis à une tâche d’exploration tactile manuelle, en présence de guidage visuel (modalité visuelle+haptique) ou sans guidage visuel (modalité tactile+haptique). L’augmentation des exigences tactiles (visuelle < tactile < visuelle+haptique < tactile+haptique) a eut un effet à la fois sur le niveau de performance et sur la latéralité manuelle: elle était corrélée à une diminution du taux de succès associée à une augmentation de la force de latéralité et de la préférence pour la main gauche. Notre étude démontre donc l’importance d’introduire une composante exploratoire lors des tâches tactiles proposées.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-univ-rennes1.archives-ouvertes.fr/hal-01335526
Contributor : Umr6552 Ethos <>
Submitted on : Wednesday, June 22, 2016 - 9:20:45 AM
Last modification on : Thursday, January 9, 2020 - 4:08:04 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01335526, version 1

Citation

Audrey Maille, Nathalie Jäschke, Justine Philippon, Laure Déruti, Catherine Blois-Heulin, et al.. Vers une approche phylogénétique de l’influence de la modalité sensorielle sur la latéralité manuelle : étude comparative entre un singe de l’ancien monde (Cercopithecus neglectus) et un scandentien (Tupata belangeri). 23e Colloque de la Société Francophone de Primatologie, Centre de la Baume-les-Aix, Oct 2010, Aix-en-Provence, France. ⟨hal-01335526⟩

Share

Metrics

Record views

56