Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

L’état de bien-être/mal-être du cheval : un facteur de modulation de l’attention ?

Résumé : L’identification de critères permettant de caractériser de façon fiable l’état de bien-être chez le cheval apparaît aujourd’hui encore comme une question cruciale. L’identification de paramètres sanitaires (e.g. condition physique) et physiologiques (e.g. rythme cardiaque) apparaissent être les mesures les plus communément utilisées. Cependant, certains troubles peuvent être difficiles à évaluer, notamment l’état interne des animaux (bien-être mental). Les chevaux domestiques peuvent être soumis à un stress chronique, qui, chez l’homme, conduit à une variété d’effets psychologiques négatifs. Une étude récente (Fureix et al, 2012) a décrit un état inactif chez des chevaux domestiques, appelée ci-après « figé » et caractérisé par une posture atypique (i.e. poids vers l’avant main, horizontalité globale) ainsi qu’une fixité du regard, de la tête, de l’encolure, voire des oreilles suggérant un retrait de ces individus par rapport à leur environnement. Des tests ont révélé de surcroit une faible réactivité à des stimuli tactiles et humains. Il a été proposé que ces « syndromes » correspondaient à un état « dépressif » qui chez l’homme se traduit aussi par des déficits attentionnels et un désintérêt par rapport aux stimuli de l’environnement. Afin de tester l’attention des chevaux figés et non figés envers des stimuli de l’environnement, nous avons soumis 12 chevaux figés et 15 chevaux non figés vivant dans la même écurie (centre équestre) à des tests expérimentaux utilisant des stimuli auditifs. Ces 27 chevaux (5 juments, 22 hongres, de race Selle Français, âgés de 4 à 20 ans) ont été exposés une fois par jour pendant 5 jours consécutifs à un stimulus auditif nouveau, diffusé pendant 3 secondes dans le milieu habituel des chevaux (i.e. au box). Nous avons enregistré des mesures classiques de l'état attentionnel (e.g. temps passé avec les oreilles, la tête et / ou l’encolure orientés vers le haut-parleur). Différents pattern temporels de réponses attentionnelles sont apparus: le premier jour de diffusion les chevaux figés étaient moins attentifs aux stimuli que les autres jours (Test de Wilcoxon, p <0,05), tandis que les chevaux non figés sont restés attentifs aux stimuli pendant les 5 jours de diffusion (Test de Friedman p> 0,05). De plus, le temps passé attentif vers le stimulus auditif était plus faible pour les chevaux figés que pour les chevaux non figés dès le 1er jour (Test de Mann-Whitney, p <0,05). Les chevaux figés semblent donc être « coupés » des stimuli environnementaux. L’ensemble des résultats suggèrent un «syndrome» chez le cheval qui rappel un état dépressif chez l'homme, faisant du cheval un modèle animal nouveau et approprié des troubles humains. Ces résultats indiquent aussi qu’une attention particulière doit être portée aux chevaux présentant cette attitude, d’autant qu’il a pu être montré qu’à ces troubles comportementaux et posturaux, s’ajoute une perturbation endocrinienne (i.e. taux de cortisol anormalement bas).
Mots-clés : bien être cheval
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-univ-rennes1.archives-ouvertes.fr/hal-01343929
Contributor : Umr6552 Ethos <>
Submitted on : Monday, July 11, 2016 - 9:14:46 AM
Last modification on : Thursday, January 9, 2020 - 4:08:04 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01343929, version 1

Citation

Céline Rochais, Séverine Henry, Carole Fureix, Cleo Beaulieu, Martine Hausberger. L’état de bien-être/mal-être du cheval : un facteur de modulation de l’attention ?. 41es Journées annuelles de l’Association des Vétérinaires Equins Français, AVEF, Dec 2013, Deauville, France. ⟨hal-01343929⟩

Share

Metrics

Record views

104