Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

La question de la contrainte physique et de ses conséquences en néonatalité

Résumé : A la naissance, les nouveau-nés sont soudainement confrontés à de nombreuses stimulations sensorielles issues du nouvel environnement physique et social (Granier-Deferre & Schaal, 2005). Ces stimulations peuvent induire de l'inconfort chez les nouveau-nés, d'autant plus fortement que leur naissance est prématurée. Plusieurs études s'interrogent dès lors sur l'impact potentiel des expériences néonatales ou précoces (y compris les pratiques médicales) non seulement sur le confort/inconfort à court terme des nouveau-nés et de leur mère mais également sur leur développement social et émotionnel (Henry et al., 2009). A ce jour, des mesures physiologiques sont classiquement utilisées pour surveiller les périodes extrêmes d'inconfort ou de douleur. Des mesures comportementales peuvent également se révéler très pertinentes pour évaluer un inconfort plus léger. En effet, chez l'animal, des variations de postures et de structures acoustiques des vocalisations émises sont clairement associés à des contextes émotionnels différents (Morton et al., 1977). L'analyse des items posturaux et vocaux exprimés par des bébés pourrait donc être une manière non invasive d'appréhender leur état émotionnel face à certaines stimulations, et ainsi d'adapter les pratiques néonatales. Dans cette étude pilote, nous nous sommes intéressés aux postures et aux vocalisations de bébés prématurés dans deux contextes fréquents et non douloureux en néonatalité. Notre étude repose sur la comparaison des postures et vocalisations de bébés prématurés au repos en incubateur ouvert ou en berceau, où le contexte vestimentaire diffère En incubateur, ils portent un body (« NN body », 9 sujets), alors qu'en berceau, ils sont vêtus d'un pyjama, d'un gilet et d'une turbulette (« NN vêtements », 9 sujets). Les bébés ont entre 35 et 38 semaines post-conception et entre 11 et 69 jours d'âge civil. Nous avons réalisé une étude éthologique à partir de séquences vidéo (de 14 à 300 minutes selon les bébés) où le nouveau-né n'était pas en interaction avec ses parents ou des soignants. Les postures des bras (pliés/dépliés) et des mains (proches/éloignés du haut du corps) et la présence/ absence de contacts des mains avec le corps (souvent la tête) ou l'environnement (draps, peluche...) ont été notés toutes les 30 secondes. De plus, pour 10 bébés, toutes les vocalisations émises ont été analysées sur une période de 10 minutes. Nous avons adopté une approche classique en bioacoustique, de classification des structures vocales pour déterminer la diversité des vocalisations et rechercher des relations entre structure acoustique et contexte d'émission. Nous avons observé des différences importantes de postures entre les deux groupes. Les « NN body » avaient les bras pliés et les mains vers le haut du corps et la tête. Ils passaient beaucoup de temps à toucher un objet environnant (35%) ou leur tête (35%). Les « NN vêtements » avaient les bras dépliés, les mains moins souvent près du visage et passaient la plupart du temps de repos sans que leurs mains ne soient en contact avec quelque chose (90%). Parallèlement, nous avons identifié des classes (tonales, atonales et intermédiaires) et des sous-classes (longues, courtes, graves, aigues) de vocalisations, ainsi que deux patterns d'émissions vocales (vocalisations isolées, séries de vocalisations groupées). Les « NN vêtements » émettaient plus de vocalisations, notamment en série, essentiellement composées de vocalisations tonales et plus particulièrement de vocalisations longues et graves, que les « NN body ». Etre en contact avec son propre corps est considéré comme un acte de réconfort, notamment chez les jeunes enfants (Van Sleuwen et al., 2007). Ici, alors que le bébé doit faire face à une situation nouvelle (température, position, vêtements), il n'est pas en mesure de diminuer son éventuel inconfort avec ce type de contacts. De plus, considérant que chez l'animal, une augmentation des vocalisations est souvent observée en contexte de stress ou d'inconfort (Morton, 1977), les plus longues séries de vocalisations, notamment les vocalisations longues et graves, pourraient traduire l'inconfort des « NN vêtements ». Les bébés prématurés semblent donc être capables d'exprimer vocalement (autrement qu'en pleurant) l'inconfort.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-univ-rennes1.archives-ouvertes.fr/hal-01360884
Contributor : Umr6552 Ethos <>
Submitted on : Tuesday, September 6, 2016 - 1:54:29 PM
Last modification on : Thursday, January 9, 2020 - 4:08:04 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01360884, version 1

Citation

Vanessa André, Virginie Durier, Séverine Henry, Fouad Nassur, Jacques Sizun, et al.. La question de la contrainte physique et de ses conséquences en néonatalité. 57è Congrès de la Société Française de Psychologie, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense; Société Française de Psychologie, Sep 2016, Nanterre, France. ⟨hal-01360884⟩

Share

Metrics

Record views

191