Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Reconnaissance de parentèle chez un insecte grégaire Blattella germanica (L.)

Mathieu Lihoreau 1 Colette Rivault 1
1 EVE - Ethologie, éVolution, Ecologie
EthoS - Ethologie animale et humaine
Abstract : La reconnaissance de parentèle est un mécanisme qui permet aux individus, lors d’une interaction, d’évaluer leur degré d’apparentement avec les congénères. La reconnaissance se fait soit par le biais de signaux appris au contact des individus familiers (reconnaissance par association), soit par le biais de signaux génétiquement déterminés (reconnaissance par comparaison phénotypique). Elle peut être suivie d’une discrimination comportementale des congénères apparentés, en fonction du contexte de la rencontre et du rapport coûts/bénéfices qui en résulte. Chez les insectes, de tels systèmes de reconnaissance ont été mis en évidence, en particulier chez les espèces eusociales (Isoptères, Hyménoptères) où il est bénéfique d’avoir des comportements altruistes envers les congénères les plus apparentés. Dans ces systèmes, la reconnaissance de parentèle joue un rôle central dans la structuration et l’organisation des colonies. Pour la première fois, nous avons testé l’hypothèse d’un mécanisme de reconnaissance de parentèle chez une espèce présociale, Blattella germanica (L.). Cette blatte vit en larges agrégats constitués d’individus fortement apparentés, avec un chevauchement des générations. Dans un tel système, la reconnaissance de parentèle pourrait influer sur la fréquence des accouplements entre individus apparentés mais également sur la répartition spatiale dans individus au sein des groupes. En tests de choix binaire, les adultes s’accouplent préférentiellement entre congénères non-apparentés (non-frères/non-soeurs), évitant ainsi les croisements incestueux et les risques liés à la consanguinité. A l’inverse, les larves s’agrégent préférentiellement dans des abris contenant des congénères apparentés (frères/soeurs). Les blattes reconnaissent donc le degré d'apparentement de leurs congénères et adaptent leur comportement en fonction du contexte: choix du partenaire sexuel ou choix du site d’agrégation. Nos résultats indiquent également que la discrimination est basée sur des signaux génétiquement déterminés, indépendamment de toute association par familiarité, suggérant une reconnaissance par comparaison phénotypique. Une reconnaissance basée sur les profils d'hydrocarbures cuticulaires est à envisager.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-univ-rennes1.archives-ouvertes.fr/hal-01361897
Contributor : Umr6552 Ethos <>
Submitted on : Wednesday, September 7, 2016 - 5:03:00 PM
Last modification on : Thursday, January 9, 2020 - 4:08:03 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01361897, version 1

Citation

Mathieu Lihoreau, Colette Rivault. Reconnaissance de parentèle chez un insecte grégaire Blattella germanica (L.). XVème Colloque Physiologie de l’Insecte, Agrocampus Rennes, Jul 2007, Rennes, France. ⟨hal-01361897⟩

Share

Metrics

Record views

91