Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

La découverte des gorilles et de leurs comportements dans la nature : Paul B. DU CHAILLU, un explorateur-naturaliste hors du commun (1831-1903).

Résumé : Bien que le nom du gorille soit connu depuis l’antiquité, c’est seulement en 1847 que l’espèce fut décrite par Savage & Wyman, grâce au crâne collecté par le missionnaire L. Wilson. A cette époque, Du Chaillu apprend la taxidermie à Paris. Il rejoint son père au Gabon en 1848 – Il a 17 ans. Le hasard va le mettre en contact avec les Wilson. Auprès d’eux, il s’éduque, apprend l’anglais, se sensibilise aux explorations africaines, à la découverte des grands singes. Il développe ses talents de naturaliste et son gout de l’exploration. Mais il fréquente aussi les Mpongwé, résidants de la côte et apprend leur langue. Les Wilson l’incitent à partir aux Etats-Unis où il entre en relation avec des zoologistes auxquels il apporte les spécimens d’animaux récoltés au Gabon. Grâce à ces contacts et à ses talents il revient au Gabon pour sa première mission scientifique et y séjourne de 1855 à 1859. En quatre ans, il va explorer les régions côtières et remonter le fleuve Fernan-Vaz , ses affluents, et s’enfoncer à l’intérieur des terres à 200 km de l’embouchure du fleuve. Il parcourt plus de 10 000 km et passe des milliers d’heures en forêt. Il consacre tout son temps à la chasse. Il s’intéresse à toute la faune mais surtout aux gorilles qu’il traque sans relâche. Il rapporte un nombre considérable d’observations inédites sur cette espèce: mode privilégié de déplacement au sol en position quadrupède; régime alimentaire végétarien; milieux fréquentés qu’il compare avec ceux des chimpanzés ; taille et composition des groupes sociaux & enfin ses comportements & tout particulièrement ceux du mâle adulte face au chasseur. Il récolte ainsi de nombreux spécimens, qu’il étudie sur place, puis qu’il prépare à destination du British Muséum. Si la publication de son premier ouvrage en 1861 est un succès, elle déclenche aussi de violentes critiques, plus spécialement des milieux scientifiques. Accusé d’affabulation, de falsification, Du Chaillu en est ulcéré, mais reçoit l’appui de l’intelligentsia américaine et anglaise et de certains scientifiques. Grâce à eux il va organiser une seconde mission de 1863 à 1865. Il pénètre plus avant à l’intérieur du Gabon et s’éloigne de la côte de 350 km. Bien armé contre les accusations portées contre lui, il repart avec les moyens techniques lui permettant de justifier ses positions. Il complète ainsi ses observations précédentes. Il s’aperçoit que les gorilles ne vivent pas en couple mais en groupe d’une dizaine d’individus. Son second ouvrage publié en 1867 complète ou rectifie ses premières observations. La notoriété qu’il acquiert lui permet de participer aux débats houleux entre les scientifiques sur la proximité relative des grands singes et des hommes. Nous conclurons en examinant la fiabilité de ses observations, au regard de nos connaissances actuelles, en discutant des arguments des ses contempteurs et de ses partisans.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-univ-rennes1.archives-ouvertes.fr/hal-01365066
Contributor : Umr6552 Ethos <>
Submitted on : Tuesday, September 13, 2016 - 10:44:46 AM
Last modification on : Thursday, January 9, 2020 - 4:08:04 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01365066, version 1

Citation

Jean-Pierre Gautier. La découverte des gorilles et de leurs comportements dans la nature : Paul B. DU CHAILLU, un explorateur-naturaliste hors du commun (1831-1903).. 21e Colloque de la Société Francophone de Primatologie, Oct 2008, Mulhouse, France. ⟨hal-01365066⟩

Share

Metrics

Record views

105