. Gallia, , pp.165-177, 2016.

, pour les sources épigraphiques, et p. 60-64 pour les sources itinéraires. Voir Crogiez-Pétrequin (2009 ; 2014) pour ceux de mansio, mutatio et statio, Voir notamment Corsi 2000 pour l'ensemble des vocables recensés dans la documentation écrite, pp.53-59, 2014.

, ) pour une approche synthétique, et celles qui évoquent des cas particuliers : J.-L. Fiches (supra, Comme ailleurs dans ce dossier, voir les contributions de Ph. Leveau (supra, pp.13-27

M. Poux, A. Borlenghi, ;. , and P. Nouvel, , pp.275-295

, Sur d'autres mentions épigraphiques de praetoria, notamment celles qui ont été découvertes dans la région du Danube, voir Sanna, 2010.

, Des bureaux administratifs devaient, en effet, faire partie de l'équipement d'un praetorium. Sur les caractéristiques des praetoria des capitales provinciales, voir Schäfer, pp.485-501, 2005.

, Le mot praetorium désigne aussi, outre le logement du commandant des camps et forts militaires (Fellmann 2006), le lieu d'hébergement, en ville 17 comme à la campagne, des gouverneurs et hauts fonctionnaires de l'Empire 18 . Peut-on, dès lors, proposer d'identifier un praetorium à la Goudagne ? Si l'on considère à nouveau l'importance de la route qui le dessert, celle de la cité d'Auch, mais aussi de ses voisines, et l'originalité de l'architecture, bien proche de celles de l'Ad Nonum de la via Appia et des stations routières britanniques, mais très éloignée de l'architecture des villae du Sud-Ouest, force est de supposer l'existence d'une hôtellerie agrémentée d'un secteur consacré aux voyageurs prestigieux, et, par voie de conséquence, des thermes spacieux et richement ornementés offraient un lieu de délassement, p.97, 2009.

, à quelque 400 m au sud de la Goudagne et sûrement au bord de la route antique (fig. 1), au lieu-dit Lamothe, d'une tombe maçonnée datée du iii e s., pourvue d'un sol de mortier de tuileau et d'un couvercle de dalles en terre cuite, abritant un sarcophage en plomb, lui-même vraisemblablement contenu dans un cercueil de bois, Un dernier témoignage archéologique peut contribuer à notre tentative d'interprétation : la mise au jour, pp.185-187, 1983.

, percée d'une ouverture circulaire (44 mm de diamètre) et dont la face antérieure est ornée d'une moulure agrémentée d'un rinceau bordé de grènetis. Dans les écoinçons, en léger relief, sont représentés la tête de profil et les attributs de, p.418, 1987.

. Récemment, D. Donné-lieu-À-une-Étude-de, and . Schaad, qui met en évidence l'existence d'une série de cadres de miroirs identiques ou très proches de celui d'Auch, la plupart découvert en contexte militaire : à Gerulata (Slovaquie), dans un camp d'auxiliaires, la monture est parfaitement identique 16. Non loin de l'agglomération de Cambete, en Alsace, des chercheurs ont proposé de voir dans le site de Kembs, pp.217-218, 1993.

, En témoigne la précieuse inscription de Dion de Piérie (Macédoine) mentionnant un praetorium cum duabus tabernis et l'équipement des chambres à coucher, 1295.

D. R. Ainsi and . Cagnat, Leveau invite à ne pas nécessairement séparer ces deux termes en s'appuyant sur le contenu de l'inscription de Dion de Piérie mentionnant un praetorium avec deux tabernae, on a distingué deux types d'établissements routiers, les praetoria pour les hôtes de marque et les tabernae pour les voyageurs ordinaires, mais Ph, pp.29-38, 1907.

. Gallia, , pp.165-177, 2016.