Premier et second Mésolithique : et au-delà des techniques ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles P@lethnologie Year : 2014

Beyond the Technological Distinction between the Early and Late Mesolithic,

Premier et second Mésolithique : et au-delà des techniques ?

Abstract

At the beginning of the 7th millennium BC, from Tunisia to Scandinavia and the Alps to the Atlantic, the technical baggage of Mesolithic societies underwent profound changes. Flaked artifact styles, tool types, weapon hafting techniques and the volumetric principles of stone flaking were modified by more than simple adjustments to the percussion techniques commonly used, with pressure flaking and indirect percussion replacing direct hard hammer percussion. This division of the Mesolithic in Western Europe has more to do with the technology used to transform lithic raw materials than with tool typology. This observation was in fact not lost to some archaeologists of the last century, such as E. Octobon and J. G.D. Clark, who accorded less importance to punctilious arrowhead classifications than to the general structure of flaked productions, or S.K. Kozlowski who described Mesolithic Europe as being split into two successive typological “trends” (the S and K components). In this article, I first present a summary of the changes observed in the early 7th millennium, as well as the enduring features of Mesolithic material culture. I then examine possible correlations with paleo-environmental and social phenomena to show that for the moment there are no clear links to these factors. While the ultimate goal is to clearly define this vast change in civilization, it is now necessary to work at more restricted spatial and temporal scales to enhance our understanding of this fundamental phenomenon in the history of techniques on the European continent
Au début du VIIe millénaire avant notre ère, de la Tunisie à la Scandinavie, des Alpes à l’Atlantique, le bagage technique des sociétés mésolithiques a connu un profond renouvellement. Style des produits débités, types d’outils, manière d’emmancher les armatures, principes volumétriques des débitages : autant de modifications qui dépassent le simple renouvellement des techniques de percussion communément admises, pression et percussion indirecte remplaçant la percussion directe à la pierre. Pour le technologue qui œuvre sur les matériaux lithiques davantage que pour le typologue, la bipartition du Mésolithique en Europe de l’ouest apparaît alors comme une évidence. Cela n’avait d’ailleurs pas échappé à divers archéologues du siècle passé, d’E. Octobon à J. G. D. Clark, lorsqu’ils accordaient moins d’importance aux classifications vétilleuses des armatures qu’à la structure générale des productions, non plus qu’à S. K. Kozlowski, lorsqu’il décrivit une Europe mésolithique sillonnée de deux «courants» typologiques successifs (les composants S et K). Cet article établit d’abord un bilan des changements observés au début du VIIe millénaire, mais aussi des permanences dans les cultures matérielles du Mésolithique. Il examine ensuite différentes corrélations avec des phénomènes paléo-environnementaux ou sociaux, pour montrer qu’aucun lien n’est pour l’instant réalisable. S’il est essentiel de bien délimiter ce vaste mouvement de civilisation, il convient de travailler désormais à des échelles spatiales et temporelles plus restreintes pour saisir au mieux la nature de ce phénomène fondamental dans l’histoire des techniques sur le continent européen.
Not file

Dates and versions

hal-01990338 , version 1 (23-01-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01990338 , version 1

Cite

Grégor Marchand. Premier et second Mésolithique : et au-delà des techniques ?. P@lethnologie, 2014, Des techniques aux territoires : nouveaux regards sur les cultures mésolithiques, Actes de la table-ronde, 22-23 novembre 2012, 6, pp.9-22. ⟨hal-01990338⟩
43 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More