La Manche, frontière ou vecteur d'échange économique et culturel. L'apport des études pétrographiques des céramiques, l'exemple du site gaulois de la Batterie-Basse (Manche)

Résumé : L'étude d'un site portuaire peut permettre d'éclairer l'impact des échanges sur l'importation et la diffusion de nouvelles traditions notamment dans le domaine de la production de céramique. En effet, ces sites ont la particularité de voir le passage de nombreux produits, d'hommes et de femme pouvant être issus de groupes culturels différents, à fortiori, quand ce port est situé dans la Manche. Durant cette communication, nous présenterons l'apport de l'approche archéométrique de poteries du site portuaire du second âge du Fer de la Batterie-Basse à Urville-Nacqueville (Manche). Cette étude a permis d'observer l'utilisation de différentes matières premières argileuses de la région pour façonner les poteries découvertes sur le site, mais aussi, l'importation de terres depuis une zone atelier située à plus de 180 km en Bretagne et depuis la région de la plaine de Caen. Un groupe de pâte domine largement le corpus. Il est caractérisé par une tradition technique particulière dans la préparation de la matière première, le rajout de coquilles broyées ramassées sur l'estran. En effet, ces analyses ont démontré l'utilisation d'un dégraissant atypique, ne correspondant pas aux traditions culturelles régionales. Ce groupe de pâte domine largement le corpus de céramiques étudiées et l'ensemble des productions observées. Il s'agit d'une pratique qui n'est pour l'instant pas connue autre part au second âge du Fer dans l'ouest de la France, mais qui est bien documentée dans sud de l'Angleterre. Il en va de même pour plusieurs autres pratiques touchant au domaine du funéraire, mais aussi de l'architecture de l'habitat, observée sur le site de la Batterie-Basse, dont les racines pourraient se trouver de l'autre côté de la Manche. Ainsi, des contacts suffisamment réguliers pour adopter des traditions techniques, symboles et architecturales ont eu lieu entre le sud de l'Angleterre et le port de la Batterie-Basse. La Manche n'est dès lors pas synonyme de frontière géographique, mais semble bien avoir été un vecteur favorisant les échanges économiques et culturels.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-univ-rennes1.archives-ouvertes.fr/hal-02093666
Contributor : Catherine Gorlini <>
Submitted on : Tuesday, April 9, 2019 - 10:27:40 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 3:32:03 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02093666, version 1

Citation

Benjamin Gehres. La Manche, frontière ou vecteur d'échange économique et culturel. L'apport des études pétrographiques des céramiques, l'exemple du site gaulois de la Batterie-Basse (Manche). Exploring the World’s Prehistory, XVIIIe congrès mondial de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques (UISPP), Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques (UISPP), Jun 2018, Paris, France. ⟨hal-02093666⟩

Share

Metrics

Record views

12