Imaging before Cardiac Resynchronization Therapy - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Journal d'imagerie diagnostique et interventionnelle Year : 2021

Imaging before Cardiac Resynchronization Therapy

Imagerie cardiaque avant resynchronisation biventriculaire

(1) , (1) , (2) , (1) , (3) , (2, 1) , (2, 1) , (2, 1) , (1, 2)
1
2
3

Abstract

Cardiac Resynchronization Therapy (CRT) is part of the therapeutic armamentarium in end-stage heart failure. It consists in implanting two leads that synchronously stimulate the right and left ventricles and thus improve cardiac hemodynamics. To date, CRT is reserved for patients in sinus rhythm with LVEF < 35% and electrical ventricular dyssynchrony defined by a QRS > 150 ms and a left bundle branch block. However, 30 to 40% of the patients are non-responders to CRT, which suggests that the selection criteria can be improved. Currently, radiologists are requested in a pre-CRT work-up mainly to perform cardiac MRI and to quantify LVEF. However, the development of ultrasound, MRI and CT cardiac techniques, has made it possible to study new parameters that could improve the selection of patients and to hope for a better response rate to CRT. These parameters may be mechanical dyssynchrony, myocardial scar and interstitial fibrosis, or coronary venous anatomy. These data can be combined or even merged in order to stratify patients more precisely and/or to serve as a guide for CRT implantation. In this article, we propose to review the various imaging techniques, which, beyond the current guidelines, could help to refine patient selection and improve their response to CRT in the future.
La resynchronisation cardiaque (CRT — Cardiac Resynchronization Therapy) fait partie de l’arsenal thérapeutique dans l’insuffisance cardiaque terminale. Cette technique consiste à implanter deux sondes stimulant de façon synchrone les ventricules droit et gauche et ainsi améliorer l’hémodynamique cardiaque. À ce jour, la CRT est réservée aux patients en rythme sinusal avec une FEVG < 35 % et un asynchronisme électrique défini par un QRS > 150 ms et un aspect de bloc de branche gauche. Cependant, 30 à 40 % des patients ainsi sélectionnés sont non répondeurs, preuve de la perfectibilité des critères de sélection. Actuellement, les radiologues sont sollicités dans un bilan pré-CRT essentiellement pour faire une IRM cardiaque et déterminer précisément la FEVG. Cependant, l’évolution des techniques d’imagerie, aussi bien échocardiographiques que IRM et TDM, a permis l’émergence de nouveaux paramètres susceptibles d’améliorer la sélection des patients et d’espérer à terme un meilleur taux de réponse à la CRT. Ces paramètres sont par exemple l’étude de l’asynchronisme mécanique, l’analyse des cicatrices macroscopiques et de la fibrose interstitielle myocardique, ou encore l’étude de l’anatomie veineuse coronaire. Ces informations peuvent être combinées, voire fusionnées afin de stratifier plus précisément les patients et/ou de proposer une assistance per-procédure aux cardiologues lors de l’implantation. Nous nous proposons dans cet article de passer en revue les différentes techniques et méthodes d’imagerie qui, au-delà des critères de sélection actuellement recommandés, pourraient permettre d’affiner la sélection des patients et d’améliorer leur réponse à la CRT dans le futur.
Not file

Dates and versions

hal-03269457 , version 1 (24-06-2021)

Identifiers

Cite

Charlélie Erhart, Thibaut Lapotre, Nicolas Courtial, Pierre-Axel Lentz, Elise Bannier, et al.. Imagerie cardiaque avant resynchronisation biventriculaire. Journal d'imagerie diagnostique et interventionnelle, 2021, 4 (1), pp.56-65. ⟨10.1016/j.jidi.2020.08.002⟩. ⟨hal-03269457⟩
84 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More